4 clés simples pour profiter de la fin du ramadan pour rétablir son équilibre santé

Facebook
Twitter
LinkedIn

Ce mois sacré touche bientôt à sa fin, nous nous efforçons tous à profiter de ces derniers jours pour purifier notre âme et alléger notre conscience, ta9abbala llah minna wa minkoum ! Pourquoi ne pas en profiter aussi pour détoxifier notre corps et équilibrer notre organisme.
Les bienfaits du jeune bien conduit au mois de Ramadan ont été confirmé, concernant la perte de poids ainsi que la réduction des paramètres du bilan lipidique (cholestérol, triglycérides..)[1].
De nombreux experts, s’accordent à dire que le  jeune intermittent (se rapprochant le plus de notre jeûne spirituel au Ramadan) permet la perte de poids et surtout de la masse grasse, la réduction du taux de cholestérol et de triglycérides [2] et les paramètres du stress oxydatif[3]. Il potentialiserait par ailleurs l’équilibre de la glycémie [4] et il aurait un impact favorable dans le diabète de type 2 et dans les maladies cardiovasculaires [5].
Comment donc tirer au mieux profit de ses quelques jours et nous préparer à la reprise d’un rythme alimentaire sain normal.
Voici 4 clés simples à mettre en place

L’eau :

 

« Water » by Risager is licensed under CC BY-SA 2.0 
Se réhydrater est le premier pas vers une alimentation saine et une purification de notre organisme. L’hydratation favorise l’élimination des toxiques, un bon fonctionnement de notre métabolisme et un ralentissement de notre vieillissement.
Pendant le mois de ramadan, il est cependant difficile de s’hydrater correctement vu que notre rythme alimentaire s’inverse et se réduit à la durée de la soirée.
Privilégier l’eau aux jus de fruits, consommer tisanes relaxantes et détoxifiantes, et soupe légères, diminuer le sel dans nos plats peuvent être des moyens faciles d’améliorer son hydratation.

Le sommeil :


« Cat 3 » by BenGrantham is licensed under CC BY 2.0 
Elément très perturbé pendant ce mois sacré, le sommeil doit cependant être respecté pour garantir une bonne santé physique et mentale.
Eviter les boissons excitantes, favoriser la méditation nocturne et la prière, limiter la surconsommation des écrans à lumières bleues peuvent toutefois nous permettre d’améliorer la qualité de notre sommeil, à défauts de pouvoir en prolonger la durée.

L’équilibre alimentaire


 
« Love Veggies » by ellevalentine
 is licensed under CC BY 2.0 
Les repas nocturnes doivent être composés de préférence de plus de sucres lents et de fibres que de protéines.
Privilégier les légumes et les sources de protéines végétales (farines complète, pain complet, légumineuses), privilégier les graisses polyinsaturés (noix, sardines..) et éviter les modes de cuisson à type de friture .

L’activité physique


 
Image : épisanté
 
Un maintien d’une activité physique est nécessaire pour notre équilibre, et bien que nous soyons tous en admiration devant les athlètes du Ramadan capables continuer à réaliser leurs prouesses olympiques pendant ce mois, nous n’avons pas besoin de leur emboiter le pas pour nous sentir bien dans notre peau.
Une demi heure de marche sans s’essouffler, juste avant le ftour, ou deux heures après le ftour en profitant de la fraicheur du soir, est suffisante pour notre organisme.
Dr BELEFQUIH BOUCHRA
 
Références :
 
[1] Islamic fasting and weight loss: a systematic review and meta-analysis. Sadeghirad B et al. Public Health Nutr. (2014)
 [2] Alternate day calorie restriction improves clinical findings and reduces markers of oxidative stress and inflammation in overweight adults with moderate asthma.
Johnson JB, Summer W, Cutler RG, Martin B, Hyun DH, Dixit VD, Pearson M, Nassar M, Telljohann R, Maudsley S, Carlson O, John S, Laub DR, Mattson MP
Free Radic Biol Med. 2007 Mar 1; 42(5):665-74.
 [3]Effects of intermittent fasting on body composition and clinical health markers in humans.
Tinsley GM, La Bounty PM Nutr Rev. 2015 Oct; 73(10):661-74.
[4] Do intermittent diets provide physiological benefits over continuous diets for weight loss? A systematic review of clinical trials. Seimon RV, Roekenes JA, Zibellini J, Zhu B, Gibson AA, Hills AP, Wood RE, King NA, Byrne NM, Sainsbury A Mol Cell Endocrinol. 2015 Dec 15; 418 Pt 2():153-72.
[5] Impact of intermittent fasting on health and disease processes Mark P. Mattson,a,b,* Valter D. Longo,c and Michelle Harvied Ageing Res Rev. 2017 Oct; 39: 46–58.