Bilan biologique chez la femme enceinte

Facebook
Twitter
LinkedIn

Durant les 9 mois de grossesse, la future maman doit réaliser un parcours médical exceptionnel. Les professionnels de santé sont là pour l’accompagner et la conseiller tout au long de sa grossesse. Le bilan biologique comporte plusieurs tests de dépistage et examens qu’elle pourra réaliser dans un laboratoire d’analyses médicales.

Pourquoi faire un bilan biologique durant la grossesse ?

Un bilan biologique est nécessaire afin d’éviter les complications et limiter les risques encourus par la femme enceinte et son bébé. Avec un bon suivi, la future maman pourra vivre sa période de grossesse sereinement jusqu’à l’accouchement.

Les différents examens et dépistage à faire durant la grossesse

Le test de grossesse

Le bilan biologique commence par le test de grossesse. Il peut être effectué sans ordonnance auprès d’un laboratoire d’analyses médicales. Une prise de sang permet de mesurer le taux plasmatique de Beta-HCG, une hormone secrétée par le corps au cours de la nidation. Il faudra attendre au moins 10 jours après la date d’ovulation pour faire le test sanguin sinon le résultat risque d’être faussé
Une fois que la grossesse est confirmée, l’obstétricien prescrit un ensemble d’analyses médicales.

Recherche de carences

La numération formule sanguine ou NFS ainsi que la ferritinémie permettent de détecter une éventuelle carence en fer chez la future maman. Si l’examen met en évidence une anémie, un complément de fer devra être prescrit par le médecin dès le 6ème mois de grossesse.

Prévention d’une incompatibilité Rhesus

Lorsque la femme enceinte est de rhésus D négatif, le médecin prend le devant et propose un génotypage de rhésus D fœtal. Le but serait de connaître le rhésus D du bébé. Si celui du bébé est alors positif, une recherche d’anticorps irréguliers ou RAI est alors fortement recommandée.

Les tests de dépistage de maladies infectieuses

Le dépistage des Infections Sexuellement Transmissibles concernent 3 maladies : la syphilis, l’hépatite B et le HIV. Leur détection est obligatoire chez la femme enceinte. Si le résultat est positif, une prise en charge précoce permet d’éviter leur transmission à l’enfant à naître.
Les sérologies de la rubéole et de la toxoplasmose sont obligatoires car ces deux pathologies représentent un grand danger pour le fœtus durant le premier trimestre de la grossesse. Elles peuvent provoquer des lésions au niveau de l’œil et du cerveau. Si les sérologies sont négatives, la femme enceinte doit refaire ces deux tests tous les mois afin de s’assurer qu’elle n’est pas contaminée.
Un dépistage du streptocoque B est proposé afin de limiter les risques d’infections graves que peut subir la maman et le bébé après l’accouchement. En cas de résultat positif, un traitement antibiotique permet d’éliminer cette bactérie localisée dans le vagin.

Les tests de dépistage d’un diabète gestationnel

La glycémie et l’hyperglycémie provoquée par voie orale ou HGPO sont deux tests permettant de mettre en évidence un éventuel diabète gestationnel. Le premier doit être réalisé à jeun avec une prise de sang.

Les tests de dépistage d’une trisomie 21

A partir d’un certain âge ou lorsque la grossesse est considérée comme à risque, un dépistage de la trisomie 21 peut être préconisé par le médecin traitant.

Quand réaliser un bilan biologique ?

Ci-après le calendrier à suivre durant les 9 mois de grossesse :
– ovulation + 10 jours : test sanguin Beta-HCG pour confirmer la grossesse ;
– 1er trimestre : sérologies de la rubéole et de la toxoplasmose, dépistage des IST, glycémie à jeun ;
– 2eme et 3eme trimestre : RAI ou génotypage de rhésus D fœtal, test NFS, test HGPO, dépistage de la trisomie 21 si besoin ;
– avant accouchement : dépistage du streptocoque B.